Pourquoi les Anglais roulent à gauche ? et 99 autres pourquoi de l’Histoire

C’est le titre d’un projet de livre en cours. Et celui-ci avance très vite, beaucoup plus vite que tous les autres. En fait, une sortie est même à espérer avant la fin de l’année.

On entend souvent que l’Histoire ne sert à rien, sinon à ennuyer les élèves. A quoi peut bien servir de connaitre ce qui s’est passé il y a des centaines d’années ? Connaitre les dates de Louis XIV n’aide pas à décrocher un entretien d’embauche. L’Histoire apparait bien trop souvent comme une discipline inutile. Il est temps de la dépoussiérer et de la réhabiliter en lui redonnant sa fonction première : comprendre le monde d’aujourd’hui.

A travers les réponses de cent questions, vous prendrez conscience que l’Histoire se retrouve là où on ne l’attend pas. Découvrez ainsi 100 questions sur notre présent trouvant leurs réponses dans notre passé. Ce livre ne se veut pas ennuyeux, au contraire, son ton est léger, ce qui ne l’empêche pas de traiter chaque question avec sérieux et de fournir des réponses basées sur le fruit de solides recherches.

Voici, en avant première, un extrait : “Pourquoi les Bretons n’habitent pas en Grande-Bretagne ?”

Pourquoi les Bretons n’habitent pas en Grande-Bretagne ?

Ou pourquoi la Grande-Bretagne s’appelle-t-elle ainsi ? On n’a pourtant jamais entendu parler de « grands-bretons ». Petit retour en arrière. Revenons au temps où la Grande Bretagne s’appelait encore… la Bretagne.

Nous sommes au Ier siècle. L’empire romain arrive à son apogée, repoussant les limites territoriales de l’empire. Même la grande île située au nord de la Gaule, la Britannia, est désormais sous domination romaine. C’est un tel exploit pour l’empereur Claude, que le Sénat lui octroie le surnom de Britannicus, surnom qu’il transmettra à son fils.

La Bretagne est alors peuplée de tribus celtes dont la romanisation est difficile. Les résistances sont fortes, l’île connait beaucoup de révoltes contre l’envahisseur romain au départ, la langue latine n’a que peu de succès et la conquête de l’île n’est jamais complète. Les Pictes, au nord, représenteront toujours une menace, contre laquelle les empereurs Hadrien et Antonin édifièrent chacun un mur.

A partir du IIIème siècle, les invasions des Angles et des Saxons commencent ; les Bretons ou Britto-Romains se retranchent à l’ouest (dans l’actuel Pays de Galles, ou en Cornouailles) ou au sud : en Armorique (actuelle Bretagne continentale), voire en Galice (au nord de l’Espagne). Alors que l’empire romain d’Occident est submergé par les invasions et s’effondre, les Anglo-Saxons s’installent définitivement dans ce qu’on appelle désormais l’Angleterre, tandis que la Bretagne armoricaine devient l’un des derniers bastions de la culture celte et romaine en Europe.

(c) Jérôme Verne

Pourquoi les Anglais roulent à gauche et 99 autres pourquoi de l’Histoire devrait sortir en décembre en version papier uniquement. Il sera disponible à la vente sur Amazon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *