Il n’y a pas de bons ou mauvais livres…

Démagogique, comme titre, non ?

Je vais être plus modéré alors.

De mauvais livres

Soyons clairs, en ce qui me concerne, il y a plusieurs choses qui me font fuir d’emblée lorsque je commence un livre indé.

1. Une couverture moche.

Si l’amateurisme transpire de votre couverture, je ne m’approcherais pas plus du roman. Je me dis que si son auteur néglige à ce point la présentation, le contenu doit être du même acabit.

2. Une faute d’orthographe ou de typographie dès le premier paragraphe.

L’orthographe, c’est la base. Si vous ne vous êtes pas relus avant de publier votre texte, pourquoi quelqu’un d’autre vous lirait ? Les erreurs d’orthographe sont, comme pour la couverture, un signe d’amateurisme de la part de l’auteur. Bien sûr, il y a une tolérance. Quelques erreurs dissimulées dans le roman passeront inaperçues. Nous en trouvons même dans les romans édités à compte d’éditeur.

3. La condescendance de l’auteur

Parfois, l’auteur croit son œuvre tellement géniale (même si elle comporte des erreurs d’orthographe et une couverture moche) qu’il se sent obligé de mettre en garde le lecteur d’un éventuel plagiat. Cette attitude me fait d’autant plus sourire lorsque l’œuvre en question est elle-même le résultat d’une sorte de plagiat.

Trouvé sur Wattpad

Trouvé sur Wattpad

Reprenons.

Des livres

Si l’on excepte les œuvres où l’on retrouve ces démonstrations d’un amateurisme certain, il n’y a pas de bons ou mauvais livres. C’est ce que j’ai fini par comprendre.

3d00oxtksdJusqu’à il y a quelques années, un livre devenait bon ou mauvais selon le jugement d’un petit groupe de personnes, les critiques littéraires. Notons bien qu’au sein de ce groupe, des désaccords pouvaient avoir lieu.

Aujourd’hui, la démocratisation du réseau internet a permis à tous de s’exprimer vers le monde entier. Nous sommes tous devenus des critiques littéraires. Lorsque l’on regarde les commentaires postés sur un même livre sur Amazon, on constate que ceux-ci utilisent toute l’échelle de notation, du plus dithyrambique au plus méprisant, en tout cas pour les livres les plus lus.

Lorsque je lis les commentaires postés sur un livre que j’ai moi-même lu, je m’aperçois que ceux-ci sont justifiés. Les arguments tiennent tous la route, mais résonnent d’une manière différente en chacun de nous. Par exemple, pour le roman Des milliards de tapis de cheveux, d’Andreas Eschbach, certains trouveront que le rythme beaucoup trop lent, le changement récurrent de personnages seront rédhibitoires et les empêcheront d’élever ce livre au rang de chef d’œuvre. D’autres jugeront sa fin décevante, alors que c’est justement le dénouement qui fait sa force pour la majorité des lecteurs.

Nous avons des avis différents parce que nous sommes des personnes différentes.

De bons livres

Les bons livres, pour vous, c’est ceux qui vous plairont. Dans l’absolu, il n’y a pas de bons livres. Pas plus que de mauvais livres. Il y a des livres qui plaisent et d’autres qui ne plaisent pas. Alors s’il vous plait, bibliothécaires, libraires, professionnels du livres ou lecteurs, cessez de dire “c’est un très bon livre” ou “c’est un mauvais livre” ; dites plutôt que vous avez trouvé que c’était un bon livre ou que vous n’avez pas aimé ce livre.

Crédit photo : Natalie Collins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *