[Critique] Annie Sullivan & Helen Keller

La pre­mière cri­tique, en bonne et due forme, sera celle d’une BD. Et oui, je suis un (grand) ama­teur de bandes des­si­nées, et celles-ci repré­sentent plus de la moi­tié des livres de ma biblio­thèque. Si j’ai eu envie de vous par­ler de ce livre, c’est pour son ori­gi­na­li­té dans sa forme, pour la qua­li­té de son fond, et pour le sujet qu’il traite.

Annie Sul­li­van & Helen Kel­ler est un livre de l’américain Joseph Lam­bert, publié d’abord chez Dis­ney Hyper­ion Books aux États-Unis en 2013. Il reçut un Eis­ner Award (caté­go­rie Rea­li­ty-based work). En France, le livre est co-édi­té par les édi­tions Çà et là et les édi­tions Cam­bou­ra­kis, en 2013.

Le sujet

L’histoire d’Helen Kel­ler est assez connue, tou­te­fois seule­ment dans ses grandes lignes : il s’agit d’une petite fille aveugle, sourde et muette, qui réus­sit à com­mu­ni­quer avec les autres, et à obte­nir un diplôme uni­ver­si­taire. Joseph Lam­bert suit son his­toire en met­tant l’accent sur le point de vue d’Annie Sul­li­van — la pro­fes­seur, aus­si méri­tante sinon plus, que Helen Kel­ler — l’élève. Le livre prend le temps aus­si de racon­ter l’histoire de la pré­cep­trice.

Des romans, pièce furent écrits, des films, télé­films furent pro­duits pour racon­ter cette his­toire. La BD la raconte d’une autre manière.

Un style original et efficace

helen-keller-extrait1Com­ment trans­crire dans une bande des­si­née une telle his­toire ? Com­ment mon­trer par le des­sin ce qu’une petite fille aveugle, et sourde et muette, a dans la tête ? Joseph Lam­bert a ten­té de res­ti­tuer au plus juste les sen­ti­ments des per­son­nages, mais aus­si les dif­fé­rentes manières de com­mu­ni­quer, à l’aide d’un des deux sens res­tants à la jeune fille : le tou­cher.

Même si je n’aime pas par­ti­cu­liè­re­ment le coup de crayon de l’auteur, je ne peux être qu’admiratif devant son talent.

Un ouvrage sérieux, très documenté

Annie Sul­li­van & Helen Kel­ler est en fait une bio­gra­phie. Une double bio­gra­phie même. Avec la même rigueur que pour un ouvrage lit­té­raire, Joseph Lam­bert a nour­ri ses recherches de diverses lec­tures réfé­ren­cées dans la biblio­gra­phie pré­sente en fin d’ouvrage. Des notes (qui sont regrou­pées aus­si à la fin du livre) reviennent sur beau­coup de pas­sages du livre pour appor­ter des pré­ci­sions com­plé­men­taires sur ce qui s’est vrai­ment pas­sé.

Helen1

Annie Sul­li­van & Helen Kel­ler est une très belle décou­verte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *