CreateSpace, PLARAG... : le bilan après 3 mois

J’avais déjà com­men­té le ser­vice d’impression à la demande Crea­teS­pace en tant qu’imprimeur, je vais main­te­nant renou­ve­ler l’expérience pour par­ler de Crea­teS­pace en tant que filiale d’Amazon, et donc de ven­deur.

Pour rap­pel, l’année der­nière, j’ai ten­té l’aventure de l’autoédition, avec un petit livre écrit pour l’occasion (cela ne veut pas dire que sa qua­li­té fait défaut, hein !) : Pour­quoi les Anglais roulent à gauche et 88 autres pour­quoi de l’Histoire (par­fois abré­gé en “PLARAG”)

Hoe's_six-cylinder_press

Publication et ventes

Je l’ai écrit entre août et octobre. Puis, mi-novembre, j’ai déci­dé d’en lan­cer l’impression. Après avoir véri­fié la qua­li­té d’un exem­plaire test, je l’ai offi­ciel­le­ment “publié” sur Ama­zon. Tout va très vite : moins de 24 h après que l’on valide la mise en vente, le livre est dis­po­nible sur les sites que l’on a choi­si (l’auteur a la pos­si­bi­li­té de choi­sir par­mi les sites fran­çais, bri­tan­nique, amé­ri­cain etc.). Les pre­mières com­mandes de mon livre eurent lieu rapi­de­ment.

Sauf que ça c’est arrê­té là. Les seules com­mandes pour l’instant pas­sées furent toutes regrou­pées dans la pre­mière moi­tié du mois de décembre. Et leur nombre est de… huit. Huit exem­plaires de mon livres furent impri­més en tout et pour tout, donc quatre ache­tés par… moi-même. Sur ces quatre exem­plaires, un est par­ti à la BnF (pour le dépôt légal, for­ma­li­té cen­sée être obli­ga­toire en France), un fut ven­du, un fut offert (dans le cadre du concours que j’organisais spé­cia­le­ment), et j’en conser­vais moi-même un. Donc Ama­zon n’en a réel­le­ment ven­du que quatre exem­plaires.

Qui furent ces mys­té­rieux ache­teurs ? Je n’en ai aucune idée. En tout cas, cer­tai­ne­ment pas des per­sonnes que je connais per­son­nel­le­ment. Et ça, c’est déjà très bien.

ChungyoEslite_fullsize

Quid des royalties ?

Entre les dépenses (faibles, je vous ras­sure) enga­gées pour l’achat des exem­plaires et les recettes des livres ven­dus (au total), la balance s’équilibre. À titre d’information, chaque titre ven­du par Ama­zon me rap­por­tait (me rap­porte encore, ne nous avouons pas vain­cu !) 3 € (envi­ron, légè­re­ment variable selon les devises). Sur les 8,45 € du prix de vente, l’impression et la marge du libraire (à savoir Ama­zon, pour les deux ser­vices) raflent plus de 60%. Mais com­pa­ré à l’édition tra­di­tion­nelle, c’est très bien ! Un contrat d’édition à compte d’éditeur ne vous rap­por­te­ra que 10 % des ventes, au maxi­mum. (Mais bien sûr, on peut sup­po­ser que ces ventes seraient un peu plus impor­tantes.)

Mais je n’ai pas dit mon der­nier mot. Je vous donne ren­dez-vous en décembre pro­chain pour faire le bilan annuel. J’espère que vous revien­drez ici bien avant, quand même !

Cré­dits pho­to : “Hoe’s six-cylin­der press” by N. Orr — His­to­ry of the Pro­cesses of Manu­fac­ture 1864. (Public Domain)

Chun­gyoEs­lite full­size” by Esso­lo — Own work. Licen­sed under CC BY-SA 3.0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *