Blogging et audience : ou la nécessité de connaitre son public

Créer un blog, réaliser des vidéos, écrire des livres, publier des nouvelles… voilà des tâches satisfaisantes, mais qui le sont encore plus quand leurs résultats trouvent leur public.

Cela fait maintenant presque 7 ans que je suis “présent” sur le web, par l’intermédiaire de plusieurs médias. Pour chacun d’entre eux est attaché un public, certes (très) restreint, mais existant tout de même. L’absence de développement de ce public m’est imputable : je suis tombé dans tous les pièges (et presque consciemment, en plus !).

La première règle à respecter (et que je n’ai presque jamais suivie) est de faire participer son public, l’encourager à commenter les articles. Je ne l’ai jamais fait. J’ai bien organisé quelques concours quand j’en ai eu l’occasion, mais ces derniers n’ont servi qu’à attirer un public très éphémère, voire pas de public du tout. Certains choisissent même de faire participer activement leurs lecteurs en les intégrant dans une équipe rédactionnelle. Je n’ai pas fait ce choix, car mon ambition au départ était de créer un blog qui me ressemble, avec une cohérence d’ensemble. CINEPHIL.net était (et est toujours) avant tout un carnet de notes personnel, un catalogue de ce que j’ai vu, et l’occasion de me forcer à avoir un avis, même si ce n’est pas toujours très facile.

La deuxième règle à respecter est de ne pas se disperser sur un même média : un site doit se consacrer à une seule thématique. Avec jeromeverne.fr, j’ai décidé de faire tout le contraire : y insérer tout ce qui ne rentrait pas ailleurs, avec tout de même une prédilection pour l’écriture et l’auto-édition. Sur ma chaine Studio JV, je voulais faire de la vulgarisation historique. Pour l’instant, je m’y tiens, même si la chaine accueille pour le moment 2 émissions très différentes. Et si je décidais de faire quelque chose de totalement différent, comme de créer un cours vidéo pour apprendre le breton ? Devrais-je créer une nouvelle chaine Youtube ? L’avantage de tout regrouper est de toucher potentiellement une audience plus grande. Mais le risque est aussi de tout perdre ! Constatant l’évolution de la chaine (ou d’un autre média), l’utilisateur peut tout à fait décider de se désabonner, de ne plus suivre le média en question.

Il y a une troisième règle à respecter (et cette fois-ci, je l’ai respectée) : faire ce que l’on aurait eu envie de voir être fait. Écrire ce que l’on aurait eu envie de lire, réaliser des vidéos que l’on aurait aimé voir… Ce fut le cas à chaque fois.

Mais même en respectant toutes les règles possibles, les statistiques sont là pour nous rappeler la dure réalité : quand le public n’est pas restreint, il est volatile. C’est ce que révèle les stats de mes vidéos Youtube (pour chaque vidéo vue, seule une fraction de cette vidéo est réellement regardée) ou les stats en général : les articles sont lus en entier par seulement 10% des internautes. Ce qui signifie que si 10 personnes ouvrent cette page aujourd’hui (et ce serait déjà beaucoup), une seule arrivera jusqu’ici. Merci donc à vous de m’avoir lu jusqu’au bout.

Pour en savoir plus sur vous, pour me rassurer de ne pas parler dans le vide, j’ai préparé un chouette petit questionnaire pour savoir ce qui vous intéresse. N’hésitez pas à le remplir, car c’est vraiment à vous qu’il s’adresse, oui, à toi derrière ton écran, qui a eu le courage d’arriver jusqu’à cette ligne. Et en plus, il est court : il ne comprend que 9 questions. Merci. 😉

Powered by Typeform

Si pour une raison ou une autre, le questionnaire ne s’affichait pas, vous pouvez vous y rendre ici : https://jrme2.typeform.com/to/WJ38Um

Crédit photo : CC-BY-SA Marko Ercegović, EXIT Photo Team

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *