Faire de belles couvertures tout seul, c’est possible

La couverture est le premier aperçu qu’un lecteur a d’un livre. Avant même de l’ouvrir ou de lire le résumé, le lecteur se fait une idée (vraie ou fausse) de ce qu’il va trouver à l’intérieur à partir de la couverture. Si elle est moche, c’en est déjà fini du livre, avant même qu’il n’ait été ouvert.

Quelques exemples à ne pas suivre :

Comme je l’avais évoqué dans un précédent article, le lecteur sera en général plus exigent avec un livre auto-édité qu’avec un livre issue de l’édition traditionnelle. Il sera plus enclin à chercher la petite bête, tout ce qui ne va pas, comme pour vérifier les idées reçues sur la qualité des publications issues de l’édition indépendante.

La première chose à ne pas rater, c’est donc bien la couverture et notamment la première de couverture. Notons que pour l’édition numérique, seule le première de couverture existe, la tranche est inutile et le résumé présent sur la quatrième de couverture est inclus dans description de l’ebook.

Et pourtant, créer une première de couverture, ce n’est pas si compliqué. C’est un simple agencement d’une image et d’informations écrites, mises en forme dans une certaine police de caractère.

L’image

L’image n’est pas obligatoire, mais sa présence donne un plus à l’ouvrage. Cela dit, elle peut aussi le dévaloriser. S’il n’y a pas d’image, le premier rapport au livre reste neutre. L’image peut être :

  • abstraite (dégradé de couleurs, texture, symboles) ;
  • figurative (paysage, personnage, etc.).

Où trouver ces images ? Trois sources possibles:

  • les images gratuites libres de droit,
  • les images payantes,
  • les images réalisées sur mesure, par un professionnel.

Il existe de nombreuses banques d’images en ligne, qu’elles soient gratuites ou payantes. Dans tous les cas, vérifiez si l’usage que vous comptez en faire est compatible avec la licence sous laquelle est placée l’image. Si vous ne trouvez pas chaussure à votre pied, vous pouvez essayer des services tels que Fiverr, ou faire directement appel à un illustrateur dont vous appréciez le travail.

Avant de choisir votre image, posez-vous cette question : le style de l’image correspond-il au contenu du livre. Par exemple, pour moi, une illustration réalisée en 3D est inadaptée pour un roman de fantasy, mais pourra l’être pour de la science-fiction.

Dernière chose : l’image doit remplir cette première de couv (voire la couverture entière) : il ne doit pas y avoir de blanc autour de l’image. Aussi, la résolution de l’image doit être suffisante pour l’affichage à laquelle elle est destinée (web ou impression). Bien sûr, on évitera de redimensionner l’image sans respecter les proportions.

NB: Bien que je le déconseille, je me suis essayé, une fois, à réaliser un montage de deux images pour une couverture. Voici ce que cela a donné:

Le serpent et le garçon

 

À vous de me dire ce que vous en pensez. Je pense qu’un regard approfondi ne laisse pas de doute sur la nature de la chose, mais pendant quelques secondes, on pourrait se méprendre. Il s’agit en réalité d’un travail réalisé à partir de deux images sous licence CC0, que voici:

 

Le texte

Quelles sont les indications présentes sur une couverture ? Le titre, l’auteur sont presque indispensables. Mais on peut imaginer une couverture sans aucune inscription. Peuvent s’ajouter le nom d’un éditeur, d’une collection, la mention “roman” ou tout autre sous-titre. Si le livre est un roman, je conseille de limiter les informations présentes à celles-ci.

Concernant leur agencement, tout est possible. Veuillez simplement à faire en sorte que le titre soit bien l’inscription la plus évidente.

 

La police

Pas de polices de caractères vues et revues : Arial, Times New Roman et surtout Comic sans MS sont à proscrire !

À l’inverse, pas de polices de caractères alambiquées, tellement originales qu’elles en sont illisibles.

Les couleurs doivent être choisies avec soin. On privilégiera le noir ou le blanc, en fonction de la couleur dominante de l’arrière plan, ou en tout cas une couleur avec un fort contraste par rapport à celle située autour.

Attention également à la typographie : les noms propres et le début de chaque indication doit commencer par une lettre capitale, et les capitales doivent être accentuées si nécessaire.

 

Je m’arrête ici. J’oublie peut-être des éléments importants sur le sujet, que vous ne manquerez pas de faire remonter en commentaire !

Je ne suis pas du tout un spécialiste des couvertures, aussi pouvez-vous être en total désaccord avec moi. N’hésitez pas à réagir dans ce cas, et à partager votre point de vue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *