Blog

La cou­ver­ture est le pre­mier aper­çu qu’un lec­teur a d’un livre. Avant même de l’ouvrir ou de lire le résu­mé, le lec­teur se fait une idée (vraie ou fausse) de ce qu’il va trou­ver à l’intérieur à par­tir de la cou­ver­ture. Si elle est moche, c’en est déjà fini du livre, avant même qu’il n’ait été ouvert.

Quelques exemples à ne pas suivre :

Comme je l’avais évo­qué dans un pré­cé­dent article, le lec­teur sera en géné­ral plus exigent avec un livre auto-édi­té qu’avec un livre issue de l’édition tra­di­tion­nelle. Il sera plus enclin à cher­cher la petite bête, tout ce qui ne va pas, comme pour véri­fier les idées reçues sur la qua­li­té des publi­ca­tions issues de l’édition indé­pen­dante.

La pre­mière chose à ne pas rater, c’est donc bien la cou­ver­ture et notam­ment la pre­mière de cou­ver­ture. Notons que pour l’édition numé­rique, seule le pre­mière de cou­ver­ture existe, la tranche est inutile et le résu­mé pré­sent sur la qua­trième de cou­ver­ture est inclus dans des­crip­tion de l’ebook.

Et pour­tant, créer une pre­mière de cou­ver­ture, ce n’est pas si com­pli­qué. C’est un simple agen­ce­ment d’une image et d’infor­ma­tions écrites, mises en forme dans une cer­taine police de carac­tère.

L'image

L’image n’est pas obli­ga­toire, mais sa pré­sence donne un plus à l’ouvrage. Cela dit, elle peut aus­si le déva­lo­ri­ser. S’il n’y a pas d’image, le pre­mier rap­port au livre reste neutre. L’image peut être :

  • abs­traite (dégra­dé de cou­leurs, tex­ture, sym­boles) ;
  • figu­ra­tive (pay­sage, per­son­nage, etc.).

Où trou­ver ces images ? Trois sources pos­sibles :

  • les images gra­tuites libres de droit,
  • les images payantes,
  • les images réa­li­sées sur mesure, par un pro­fes­sion­nel.

Il existe de nom­breuses banques d’images en ligne, qu’elles soient gra­tuites ou payantes. Dans tous les cas, véri­fiez si l’usage que vous comp­tez en faire est com­pa­tible avec la licence sous laquelle est pla­cée l’image. Si vous ne trou­vez pas chaus­sure à votre pied, vous pou­vez essayer des ser­vices tels que Fiverr, ou faire direc­te­ment appel à un illus­tra­teur dont vous appré­ciez le tra­vail.

Avant de choi­sir votre image, posez-vous cette ques­tion : le style de l’image cor­res­pond-il au conte­nu du livre. Par exemple, pour moi, une illus­tra­tion réa­li­sée en 3D est inadap­tée pour un roman de fan­ta­sy, mais pour­ra l’être pour de la science-fic­tion.

Der­nière chose : l’image doit rem­plir cette pre­mière de couv (voire la cou­ver­ture entière) : il ne doit pas y avoir de blanc autour de l’image. Aus­si, la réso­lu­tion de l’image doit être suf­fi­sante pour l’affichage à laquelle elle est des­ti­née (web ou impres­sion). Bien sûr, on évi­te­ra de redi­men­sion­ner l’image sans res­pec­ter les pro­por­tions.

NB : Bien que je le décon­seille, je me suis essayé, une fois, à réa­li­ser un mon­tage de deux images pour une cou­ver­ture. Voi­ci ce que cela a don­né :

Le serpent et le garçon

 

À vous de me dire ce que vous en pen­sez. Je pense qu’un regard appro­fon­di ne laisse pas de doute sur la nature de la chose, mais pen­dant quelques secondes, on pour­rait se méprendre. Il s’agit en réa­li­té d’un tra­vail réa­li­sé à par­tir de deux images sous licence CC0, que voi­ci :

 

Le texte

Quelles sont les indi­ca­tions pré­sentes sur une cou­ver­ture ? Le titre, l’auteur sont presque indis­pen­sables. Mais on peut ima­gi­ner une cou­ver­ture sans aucune ins­crip­tion. Peuvent s’ajouter le nom d’un édi­teur, d’une col­lec­tion, la men­tion “roman” ou tout autre sous-titre. Si le livre est un roman, je conseille de limi­ter les infor­ma­tions pré­sentes à celles-ci.

Concer­nant leur agen­ce­ment, tout est pos­sible. Veuillez sim­ple­ment à faire en sorte que le titre soit bien l’inscription la plus évi­dente.

 

La police

Pas de polices de carac­tères vues et revues : Arial, Times New Roman et sur­tout Comic sans MS sont à pros­crire !

À l’inverse, pas de polices de carac­tères alam­bi­quées, tel­le­ment ori­gi­nales qu’elles en sont illi­sibles.

Les cou­leurs doivent être choi­sies avec soin. On pri­vi­lé­gie­ra le noir ou le blanc, en fonc­tion de la cou­leur domi­nante de l’arrière plan, ou en tout cas une cou­leur avec un fort contraste par rap­port à celle située autour.

Atten­tion éga­le­ment à la typo­gra­phie : les noms propres et le début de chaque indi­ca­tion doit com­men­cer par une lettre capi­tale, et les capi­tales doivent être accen­tuées si néces­saire.

 

Je m’arrête ici. J’oublie peut-être des élé­ments impor­tants sur le sujet, que vous ne man­que­rez pas de faire remon­ter en com­men­taire !

Je ne suis pas du tout un spé­cia­liste des cou­ver­tures, aus­si pou­vez-vous être en total désac­cord avec moi. N’hésitez pas à réagir dans ce cas, et à par­ta­ger votre point de vue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et à des fins statistiques. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer